La Maison Communale

Autrefois, elle était nommée « maison magistrale en la demeure du bourgmestre ». Ce ne fut qu’à partir de 1767 que l’on fit mention de la « Maison Commune » ou « Maison Communale ». A Stembert, elle se trouvait dans une maison de la rue de l’Eglise et était habitée, à l’époque où Monsieur Fassin écrivait son livre (dans la seconde moitié du XIXème siècle), par M.V. Collette. Dans le courant de l’année 1793, on planta devant cette bâtisse un grand peuplier, symbole de la Liberté et depuis bien longtemps disparu. 

En 1836, l’administration communale vota l’aliénation de cette maison dont aucun document ne nous dit  exactement où elle se trouvait. En 1833, toujours d’après Monsieur Fassin, on construisit sur l’emplacement de la « Chapelle du Thier » démolie, un bâtiment qui servit de Maison Communale et d’école. Cette bâtisse ne fut opérationnelle en tant que « maison communale » qu’entre 1836 et 1865. Là non plus, aucune précision ne nous est fournie. Cette maison existe toujours et porte le numéro 7 de la place du Perron, petite bâtisse isolée au centre. Bien entendu, en 150 ans, elle a connu quelques restaurations… et changements de propriétaires ! 

Ce ne fut qu’en 1865 que le bâtiment situé dans l’actuelle rue de la Forge et abritant les locaux de l’école communale de Stembert Centre servit officiellement de Maison Communale. La date de « 1864 » peut être lue sur le fronton triangulaire sur le haut du bâtiment. Cette date correspond probablement à l’année durant laquelle cet édifice fut érigé ou terminé. Cette construction abritait également la bibliothèque qui comptait à l’époque environ 500 volumes et qui était fréquentée par un grand nombre de lecteurs de tous âges, ainsi que l’école et les logis du personnel enseignant dont l’instituteur en chef qui recevait la charge de bibliothécaire. 

La conciergerie de l’établissement était également hébergée dans cette bâtisse qui est uniquement utilisée aujourd’hui pour l’établissement scolaire de l’Ecole communale de Stembert Centre.

 

 

 

LU novê LEÛP asbl©2011 - 2018