Les Frères d'Armes

C’est en 1920 que fut créée une section « Dramatique Wallonne » au sein même de la Fédération Nationale des Combattants de Stembert. Une section « Frères d’Armes – Combattants 14-18 » pour les Anciens Combattants de 1914-18, la deuxième guerre n’ayant pas encore eu lieu. Le « Tronc d’infortune » pouvait ainsi être alimenté et servir à aider les familles des anciens combattants de la première guerre mondiale. Dans les années précédant le second conflit mondial, la troupe théâtrale « Dramatique » s’était taillée une solide réputation. Les pièces étaient jouées en wallon et, plus rarement, en français. La troupe faisait valoir non seulement ses qualités dramatiques remarquables mais aussi des attributs vocaux non négligeables. Et souvent, l’un ou l’autre se produisait en intermède, dans un répertoire varié, dans la note du moment. La société se produisait dans de nombreux tournois d’art dramatique wallon, remportant à chaque fois de flatteuses distinctions.

 

frere-d-armes-01-comp.jpg

frere-d-armes-14-comp.jpg

frere-d-armes-15-comp.jpg

frere-d-armes-08-03-comp.jpg

Dès le 6 juillet 1940, une section « Frère d’Armes 40-45 », plutôt de style « Dramatique Française », vit le jour pour ceux qui avaient eu la chance de rejoindre leur foyer. Avec la section dramatique wallonne des Combattants de 1914 – 1918 devenue la section des « Anciens Frères d’Armes », ils organisèrent et proposèrent à la population, de nombreuses et variées pièces de théâtre.

Les divertissements étant très rares, la foule était toujours très nombreuse lors de ces représentations qui pouvaient avoir lieu à condition de se plier au diktat de l’occupant. Il y eut aussi la création de l’Œuvre de rapatriement des soldats, l’envoi de colis aux prisonniers, la création du Service social aux Familles de Militaires, la création d’une section de Placement et la création d’une section des Fêtes.

Le premier concert eu lieu à la Noël 1940 et repris sous l’enseigne : « Œuvre du Rapatriement des Soldats Stembertois tombés au Champ d’Honneur ». Cette association fut également fondée le 6 juillet 1940 sous le patronage de l’Administration Communale de Stembert. Son comité était composé de MM. E. Dechesne (président), G. Spelthan (secrétaire) et M. Gillot (trésorier). Le Président d’Honneur était le docteur Georges Daube, le Vice-Président d’Honneur était le docteur Jean Mathieu. Cette première s’était déroulée à la Salle La Concorde. Par la suite, les œuvres seront jouées à la Stembertoise sauf pour la pièce « Il Signor Bracoli » où la salle La Concorde fut réintégrée pour cause d’un incendie qui avait ravagé la scène de la Stembertoise !

frere-d-armes-16-comp.jpg

Jusqu’à la fin de la deuxième guerre mondiale, les deux troupes, celle des « Frère d’Armes 14-18 » et celle de la « Dramatique Française 40-45 » jouaient séparément et ne se mêlaient guère entre elles. Ce qui n’empêchait pas une cordiale entente entre eux, les premiers jouant en wallon, les seconds en français !

frere-d-armes-12-comp.jpg

frere-d-armes-04-comp.jpg

En octobre 1945, le comité de réception des « Prisonniers F.N.C. - Frères d’Armes 40 » fusionnait avec les Anciens Combattants de 14-18. Durant de nombreuses années, ils enchantèrent le public stembertois qui se rassemblait lors des représentations des grandes œuvres du répertoire français. La troupe faisait quelquefois appel à des éléments étrangers et un petit orchestre, conduit par Monsieur Fernand Pironnet, assurait le divertissement durant les entractes. La mise en scène était assurée par Monsieur René Fassin qui assumait également, avec compétence, les fonctions d’électricien. Il devait faire appel à beaucoup d’ingéniosité pour mettre en scène certains décors.

frere-d-armes-06-comp.jpg

Entre 1940 et 1957, chaque mois, une représentation était donnée à la Stembertoise, indépendamment des représentations jouées dans les communes avoisinantes.

En 1954, au Grand Théâtre de Verviers

frere-d-armes-07-au-grand-theatre-en-1954-comp.jpg

Le recrutement d’acteurs et d’actrices pour les deux sections dramatiques de la FNC commença à poser des problèmes au début des années cinquante. En 1954, elles organisèrent ensemble un grand spectacle au Grand-Théâtre de Verviers ; un nouveau souffle fut alors inculqué aux deux troupes théâtrales. Mais en 1958, les deux sections mettaient fin à leurs activités. Certains acteurs poursuivaient dans d’autres groupes à l’extérieur mais un grand vide culturel allait se faire à Stembert.










LU novê LEÛP asbl©depuis 2011