Les Hauts Faîts du Stimbièt

Ces deux légendes ne sont pas les seules de notre village. Il en existe d’autres dont certaines sont rassemblées dans un poème écrit en 1875 par Jean Courtois et dont le titre est prometteur : les Hauts Faîts du Stimbièt, écrit en wallon.

 

Ju vas, sos les djins du Stimbiet

Conter des drales d’histwères

Qwand c’est qu’vos k’noh’rez leus hauts-faits,

Vos les couvurrez d’glwère. 

One fèye, onc out l’idèye

Du planter des awèyes,

I comptéve, lu pauve cwèrps 

Qu’alléve crèhe des paux d’fier !

Je vais sur les Stembertois

Conter des histoires drôles

Quand vous connaîtrez leurs hauts faits

Vous les glorifierez.

Une fois, quelqu’un eut l’idée

De planter des aiguilles

Il pensait, le pauvre homme

Que des piquets de fer grandiraient !

 

Qwuand po fer l’église, on mès’ra

Quu l’cwette fout bé tinkèye

Lu pau touméve djustumint là

Wice qu’i aveut one…potèye.

L’hamme, qui tnéve lu pau, dèt :

- Leyîz ruv’ni l’cwèrdê.

Vola po quéne raison

L’èglise fout faite pu long.

 

Quand on mesura pour construire l’église

Et que le cordeau fut bien tendu

Le piquet se plaçait justement

Où se trouvaient des…excréments.

L’homme tenant le piquet dit :

- Laissez venir la corde.

Voilà pour quelle raison

L’église fut construite plus loin.

 

Lu coq qu’est à l’copète del creux

Duvant d’prinde su volèye,

Duhî-ti les djins, i s’aveut

Ennondé pu d’one fèye.

Ces-la d’hît ; « Si vole dju

Nos n’èl veurans moïe pu ! »

Mais l’coq nu vola wère

I touma l’betche à l’terre.

 

Le coq au-dessus de la croix

Devant s’envoler

Les gens disaient qu’il avait

Essayé plusieurs fois.

Ceux-là disaient ; « S’il s’envole

Nous ne le verrons jamais plus ! »

Mais le coq ne vola presque pas

Il tomba à terre.

 

On djou, dèl size, ès Grand Vivî

Lu leune ruglatihève.

Après, i ennaveut qui pèhî

Chaque fèye qu’elle su mostréve.

Sins fer l’èkwance du rin

Onc du les pus malins

Saya dèl setchî foû

Avou one banse sins cou

 

Un jour soir au Grand Vivier,

La lune reluisait.

Il y avait des gens qui pêchaient

Chaque fois qu’elle se montrait.

Sans rien dire

Un des plus malins

Essaya de la prendre

Avec un panier sans fond

 

On’hamme féve beure su tchvau tot près

Qwand d’on côp, one noûlèye

Cacha l’leune aux djins du Stimbiet.

I’ourît one crâne idèye.

Qwand i d’hît, tot d’on côp

I faut qu’on towe lu tchvau

Pusqu’on n’èl vèya pu

Ca stu lu qui l’a bu.

 

A côté un homme faisait boire son cheval

Quand soudain un nuage

Cacha la lune aux Stembertois

Ils eurent une fameuse idée.

Alors, ils dirent subitement

Il faut tuer le cheval

Puisque la lune a disparu

C’est lui qui l’a bue

 

Tot près dè p’tit ru d’Mariomont

On Stimburquin passéve.

Vola qui veut on gros pèhon

Sos l’bwèrd, qui s’cutapéve.

Noss t’homme sins fer nou brut

S’avança tot près d’lu,

Pwis, ès l’èwe, po l’neyî

I èl tchoqua st’avou s’pîd.

 

Tout près du ruisseau de Mariomont

Passait un Stembertois.

Voilà qu’il voit un gros poisson

Se débattant sur la rive.

Sans aucun bruit notre homme

S’avança près de lui,

Puis, dans l’eau pour le noyer

Il le repoussa du pied.

 

On gros foyant, i aveut happé

On baî djou, es n’one waide.

Po l’fer soffri d’vant dèl touwer

I n’saveut c’mint s’y prède.

Onc s’avance tot lî d’hant

- Eterrez’l tot vikant !

  Qwand i-aurèt l’terre sor lu

  I n’ruvinrèt moïe pu.

 

Il avait pris une taupe au piège

Un jour dans une prairie.

Pour la faire souffrir avant de la tuer

Il ne savait comment faire.

Un homme s’avance et lui dit

- Enterrez-la vivante !

  Avec la terre sur elle

  Elle ne reviendra jamais plus.

 

One famme du Stimbiet, è si-ormau

S’aporçuva one fèye

Quu les soris v’nît tot avau

Totes ses bonnès dinrèyes.

Elle i metta on tchet

Tot d’hant : « I les happèt ! »

Avou n’lampe po s’loumer

I n’les saureu manquer.

Une Stembertoise, dans son armoire

S’apercevait

Que les souris venaient partout

Dans ses aliments.

Elle y renferma un chat

Se disant : « Il les attrapera ! »

Avec une lampe pour l’éclairer

Il ne saurait les manquer.

Du l’ormau, au piquet dè djou

Qwand l’pwète fourît drovawe

On vèya l’gros tchet potchî foû

Plaqué del gueuye à l’cawe.

Es l’ormau, les dinrèyes

Estît totes sutaurèyes

On n’vèyéve pu aut’chwè

Quu flatchisse et hervais.

 

Dès le matin quand, de l’armoire

La porte fut ouverte

Le gros chat sauta dehors

Complètement sale.

Dans l’armoire les aliments

Etaient complètement mélangés

On ne voyait plus

Que boue et vaisselle cassée.

 

One aute fèye, on’hamme avou s’fi

Es s’waide, à pleines pougnèyes

Sèméve des grains.

Mais l’z’ouhais v’nît

Es magnî one portèye.

- Pére, quu faureut-i fer

  D’ha l’fi, po les haper ?

- Sére lu hohaî, grand sot,

  Disti, t’les auret tos !

 

Une autre fois, un homme et son fils

Dans une prairie, à pleines poignées

Semaient du grain.

Mais les oiseaux venaient

En manger une partie.

- Père, que puis-je faire,

  dit le fils, pour les prendre ?

- Ferme la barrière, grand sot,

  Et tu les auras tous !

 

On ancien mayeur du Stimbiet

Su carabenne tchèrdgèye

On djou, sporminève ès n’on bwès.

I aveut sûr one idèye.

D’on côp, i ètind dè brut. 

V’la qui s’mette à l’affût.

On bè tchin d’tchèsse i veut

Et v’la qu’èl towe p’on leup.

 

Un ancien bourgmestre de Stembert

Sa carabine chargée

Un jour se promenait dans le bois.

Il avait probablement une idée.

Tout à coup il entend du bruit.

Il se met à l’affût.

Voyant un beau chien de chasse

Il le tue, le prenant pour un loup.

 

Cu n’est nin au vièdge tot seu

Qu’on fait des biestirèyes.

On n’na fait dè pu belles, ju creu

Duvins l’timps, è nosse vèye.

Nos nos d’vrîz rappeller

D’vant d’voleur couyonner

 Quu nos autes, Vervitwès

N’avans fait voler l’tchès !

 

Ce n’est pas seulement au village

Que l’on fait des bêtises.

On en a fait de plus énormes, je crois

Auparavant, en notre ville.

Nous devrions nous rappeller

Avant de vouloir critiquer

Que nous, les Verviétois,

Avons fait voler le chat !

 

 

 

LU novê LEÛP asbl©2011 - 2018