L'Histoire de Heusy

L’Histoire de Heusy tient beaucoup à celle de Stembert, du moins jusqu’au début du 18ème siècle. Avant cela, les Heusytois dépendaient entièrement du village de Stembert et ne constituait qu’un petit hameau dont les habitants devaient se rendre à Stembert pour tout ce qui était administratif, la maison communale étant celle de Stembert.

Historiquement, nous savons qu’un tumulus de trois à quatre mètres de haut, situé à Heusy au lieu-dit « Thiervaux », a été nivelé en 1862. Les travaux devaient révéler la présence d'une sorte de dôme en pierre d'où l’on retira les débris d'une vingtaine de vases et de la céramique sigillée, sous la voûte effondrée. Cette sépulture, où la présence d'ossements n'a pas pu être notée, date du 2ème siècle de notre ère.

Heusy était un petit hameau qui s’est développé et qui a grandi au fil du temps, notamment sous la houlette administrative de Stembert jusqu’en 1837.

Pour les offices religieux ou pour toute raison administrative, les Heusytois n’avaient d’autres choix que de se rendre à Stembert ou dans certains cas à Verviers pour les célébrations eucharistiques. Plus particulièrement, pour aller à la messe, il fallait, aussi bien vers Stembert que vers Verviers, emprunter des voies peu praticables par mauvais temps et souvent sur de longues distances à parcourir à pied. L’exemple le plus flagrant étant les enterrements qui devaient impérativement passer par le « chemin des Morts » (les actuelles avenues Jean Lambert et Fernand Desonay) qui n’était qu’un étroit chemin de terre où une charrette tirée par deux chevaux pouvait à peine passer. Les Heusytois étaient enterrés à Stembert, dans la commune dont ils dépendaient.

Ce sont en partie ces conditions de vie difficiles ainsi qu’une augmentation progressive des habitants et l’agrandissement du hameau de Heusy qui les poussèrent à se détacher, non sans mal et lentement, du village de Stembert.

Dès 1714, les habitants sollicitèrent les autorités religieuses afin d’obtenir l’autorisation d’entreprendre la construction d’une chapelle à l’endroit où se situe aujourd’hui l’église de Heusy (voir la rubrique « Stembert d’abord paroisse, démembrement de Heusy »). Terminée et bénie par le prêtre de Stembert en 1715, la chapelle ne fut cependant reconnue officiellement qu’en 1816. Entre 1715 et 1816, les Heusytois choisissaient et entretenaient à leurs frais les curés qui y lisaient les messes les dimanches et les jours de fêtes. Les mariages, baptêmes et enterrements, se célébraient, eux, exclusivement en l’église de Stembert. Dès 1816, des chapelains de Stembert étaient alors détachés à la paroisse de Heusy pour y célébrer les offices.

Chapelle heusy 1714 5

Toujours en cette même année 1816, au vu de l’importance du petit bourg qu’était devenu l’ancien hameau, les Néerlandais y avaient établi un receveur communal (nous faisions partie des Pays-Bas à cette époque).

Dès 1824, les demandes se firent également en vue de permettre la création d’un cimetière. Ce qui fut approuvé par l’administration communale de Stembert en 1826.

En 1833, le premier Conseil de Fabrique voyait le jour et un an plus tard, en 1834, la paroisse de Heusy était fondée par décret épiscopal. Heusy était donc devenue une paroisse avant de devenir une commune. Le premier curé heusytois fut Jean Joseph Morsomme. Il prit place le 31 décembre 1837 et il se succéda à lui-même puisqu’il était le chapelain attitré.

C'est également vers 1834, qu'un mouvement « séparatiste » prit naissance à Heusy, l’indépendance de la Belgique quatre années auparavant n’y étant pas pour rien dans ces idées novatrices. C'était un mouvement auquel Stembert s'opposait vivement et cela pour plusieurs raisons dont l'éloignement du centre administratif que constituait l’administration de Stembert par rapport au village naissant de Heusy ou encore l'absence d'une liaison routière correcte pour relier les entités.

D'une manière plus générale, les Heusytois déploraient les difficultés de services et de trop longs déplacements. Appuyée par les hommes politiques de la région, l'idée d'une commune de Heusy fit son chemin. On présentait cette future entité comme bénéfique par l'expansion de la population car l'industrie textile verviétoise connaissait une prospérité extraordinaire et nombreux étaient les riches industriels à lorgner vers les hauteurs pour y établir leur résidence, ce qui vaudra plus tard la construction de nombreux châteaux et belles bâtisses sur le territoire de Heusy.

En 1836, les Heusytois se plaignaient d’être de plus en plus négligés et oubliés par la commune de Stembert. Ils adressèrent une pétition auprès du roi Léopold Ier afin d’ériger Heusy en commune. Mais un problème subsistait : Mangombroux. En effet, tous les habitants de ce lieu n’étaient pas favorables à l’indépendance communale de Heusy, de même que certains élus du Conseil communal de Stembert qui résidaient du côté de Heusy. Ceux-ci se plaignirent auprès des chambres législatives.

Finalement, Heusy devint une commune à part entière le 31 décembre 1837 par Arrêté Royal. Ainsi, l’histoire de Heusy se détacha de celle de Stembert.

Pour célébrer l’événement, un habitant de Heusy, Monsieur Delvaux, s’était procuré un canon et plusieurs coups furent tirés de l’endroit dit « Pré le Clos » (rue Hodiamont) en direction de Stembert, heureusement, sans aucune conséquence.

Des élections eurent lieu en juillet 1838 et le 8 novembre 1838, l’administration communale de Heusy s’installait. Une répartition des biens entre chaque commune était nécessaire. Stembert était représenté par le bourgmestre Lelotte et Heusy par le bourgmestre Hanlet. On arriva à l'accord suivant :

  • Chaque commune restera en possession des propriétés comprises dans son cercle.
  • Heusy aura la collection des Bulletins et Mémoriaux antérieurs à 1838.
  • 932 francs (soit l’équivalent de 23,15€) seront payés à Heusy pour sa dette publique.
  • Du bureau de Bienfaisance, Stembert recevra 258 francs (6,40€) et Heusy 661 francs (16,40€).
  • Le Wiony (ruisseau de Mangombroux) ferait la limite des communes.

 

A partir de cette époque de 1837, le village de Heusy allait suivre son propre chemin par sa propre volonté, indépendamment de Stembert. C’est pourquoi nous n’explorerons pas plus beaucoup plus en profondeur l’histoire du village de Heusy, devenu une entité totalement autonome et indépendante par rapport à notre ancien village de Stembert, contrairement à Mangombroux (dont le territoire se situe en partie sur notre ancienne commune) et aux Surdents (resté sur Stembert).

149

Nous notons toutefois que ce n’est qu’en 1864 que l’on construisit, au centre du village, à proximité de l’église, la maison communale de Heusy. Le rez-de-chaussée était occupé par l’instituteur de l’école des garçons. Il fallut attendre 1879 pour voir une école de filles installée dans la rue Guillaume Lekeu et l’institutrice y était alors également logée.

Si, en 1837, d’après le livre de Monsieur Arthur Fassin, nous savons que Stembert et Heusy partageaient un même corps de garde civique, en 1890, à l’époque durant laquelle ce même livre fut publié, Heusy possédait sa propre « police », indépendamment de Stembert.

C’est en 1899 que la distribution d’eau fut installée à Heusy.

Enfin, ce fut en 1900 que la première ligne de tram électrique a été inaugurée officiellement le 1er avril : elle reliait Saint Remacle à Heusy. Et paradoxalement, ce fut le 31 décembre 1969 que roula le dernier tram de la région verviétoise avec, pour trajet, un départ de Renouprez pour un ultime voyage vers Heusy.

Avant la fusion de 1977, Heusy comptait 6.416 habitants répartis sur 383 hectares, territoire aujourd’hui inclus, comme Stembert, dans le grand Verviers.

 

 

 

 

 

 

LU novê LEÛP asbl©depuis 2011