Notre histoire depuis 1974

Loup-NB-011.jpg

 

Le mensuel stembertois « LU novê LEÛP » était réalisé par et pour les Stembertois ainsi que pour toutes celles et tous ceux qui étaient avides de découvrir ou de redécouvrir notre village de Stembert, lieu de vie et de résidence apprécié et convoité.

 

Ce fut en 1974 qu’un groupe de copains, bien conscient qu’il manquait à une entité telle que celle de Stembert (commune à part entière à cette époque) un organe de presse, décida de mettre sur pied un journal local. Le mensuel stembertois « Lu Leûp » vit le jour sous l’impulsion de Monsieur José Pirnay entouré d’une jeune équipe énergique et dynamique qui se lançait un peu dans l’inconnu, dans ce qui se présentait alors comme les « nouvelles technologies » des médias. 

Si Monsieur José Pirnay était le président-administrateur-délégué du « Leûp », le premier comité était également composé par le vice-président Pierre Simon, les secrétaires Yvonne Debarre et Paul Magermans, le trésorier Jos. Darimont ainsi que les commissaires C. Dechevez et G. Darimont. 

La tête du loup qui ornait toujours notre mensuel jusqu'à la fin de l'année 2015 fut dessinée et offerte au « Leûp » en 1974 par Monsieur René Hausman, dessinateur renommé de notre région.

 

Page-accueil---02.jpg

Après moult tractations et divers ennuis techniques, le premier périodique fut édité le mercredi 21 août 1974. Le journal paraissait alors chaque troisième mercredi du mois. Il coûtait la somme de 10 francs belges (0,25 centimes d’euros).

Entete lu leup 01 aout 1974

En 1975 et en 1976, lors de ses deux premières années d’activité, il paraissait douze fois par an, de janvier à décembre sans discontinuer. 

En 1975, pour son premier anniversaire, « Lu Leûp » publia un mensuel à la couverture au teint rougeâtre dans lequel seul l’édito évoquait succinctement la première année d’existence. C’était aussi la fin de distribution en « toutes boîtes ».

Journal---03.jpgJournal---03.jpgJournal---03.jpgJournal---03.jpgJournal---03.jpgJournal---03.jpgJournal---03.jpg

Ce ne fut qu’à partir de 1977 que le mois de juillet devint un mois de « repos » pour les collaborateurs du mensuel stembertois. Cela donna ultérieurement droit à des mois nommés « JUIN – JUILLET » ou « JUILLET – AOÛT ». Depuis cette année-là, notre mensuel paraissait onze fois par an. 

Journal 15 juin juillet 1983 entete

Journal 23 juillet aout 1990 entete

En 1978, l’équipe choisit de faire paraître le mensuel le deuxième mercredi du mois en lieu et place du troisième mercredi, ce qui était toujours d’application jusqu'en décembre 2015 et la fin de la publication de notre mensuel. 

En 1979, pour fêter son cinquième anniversaire, « Lu Leûp » publia une rétrospective sous forme d’un supplément se trouvant à l’intérieur du journal du mois de septembre dont la première page s’affichait dans les tons de bleu, évoquant un loup veillant à l’avant du village de Stembert.

Journal---03.jpgJournal---03.jpgJournal---03.jpgJournal---03.jpgJournal---03.jpgJournal---03.jpgJournal---03.jpg

Dès 1980, la longue vie tranquille de notre périodique local connut ses premiers remous avec une forte réduction de l’équipe de rédaction. « Lu Leûp » tiendra tant bien que mal jusqu’à la fin de l’année 1981 dont le numéro du mois de décembre titrait sans détour « spéciale dernière édition ». Mais c’était sans compter sur l’acharnement de quelques bonnes âmes qui allaient tout mettre en œuvre pour que se poursuivent les activités du mensuel. 

Journal 12 dec 1981 derniere edition

Dès janvier 1982, le journal pouvait afficher clairement sa satisfaction de continuer de paraître, sans aucune interruption de publication malgré les obstacles rencontrés, avec un gros titre significatif : « Lu Leûp » continuera.  

Journal 13 jan 1982 poursuite activite

Avec l’année 1984 arrive le temps d’un dixième anniversaire totalement passé sous silence, sans aucune référence pour les 112 numéros déjà parus. 

En 1987, un grand concours réparti sur trois mois (avril, mai et juin) fut organisé par le journal « Lu Leûp » et la gagnante, Madame Dany Brasseur, de Wegnez, remporta le premier prix avec 269 points : un voyage en Espagne. Chacune des trois premières pages étaient dans les tons de bleu.

AVRIL 1987

Journal 18 concours 01

MAI 1987

Journal 19 concours 02

JUIN 1987

Journal 20 concours 03

AOÛT 1987

Journal 21 concours 04 resultat

En 1989, l’histoire se répéta avec un quinzième anniversaire tout aussi inexistant dans les pages du mensuel, sans aucune mention, même minime, à l’égard des années écoulées.

Le début des années nonante apportait à nouveau son lot de désagréments. En 1992, au mois de septembre, toutes ces tribulations amenèrent « Lu Leûp » à devenir « LU novê LEÛP » sous l’impulsion du prêtre stembertois de l’époque, devenu aujourd’hui Monsieur le Doyen Chanoine Joseph Bodeson, qui fut soutenu brillamment par les œuvres paroissiales. Une nouvelle équipe fut constituée, amenant un nouvel élan dynamique, prônant le renouveau et l’ouverture, s’attachant les services de différentes personnalités, en vue d’un radical mais indispensable et important changement de cap. 

Ce mensuel de septembre 1992, numéroté « n° 201 », titrait en grand : « EDITORIAL 200+1 » avec la modification du nom et de l’en-tête bien marquée, témoignant ainsi clairement de la volonté de changement entre les deux époques, celle du « Leûp » qui s’achevait et celle du « novê LEÛP » qui débutait.

 

 

 

Page-accueil---04.jpg

Le 5 septembre 1993, sur une idée de l’abbé Joseph Bodeson, la première « Foire du Livre d’Occasion » était organisée dans les locaux de Chanteloup afin de récolter des fonds supplémentaires devenus indispensables à notre bon fonctionnement. Ce fut une réussite qui continua jusqu’en 2015 puisqu’en septembre, nous avions organisé notre 23ème Foire du Livre consécutive même si le but était principalement devenu de perpétuer cette animation locale très appréciée et demandée. 

Journal 24 premier foire du livre

En 1994, à l’occasion de l’organisation de notre deuxième foire du livre, « LU novê LEÛP » fêtait publiquement son vingtième anniversaire. Une courte cérémonie académique à l’heure du goûter, gratifiée d’un discours de Madame Mailleux – Palem, la présidente à ce moment-là de notre A.S.B.L., et accompagnée par la dégustation d’un morceau de gâteau. 

En octobre 1995, Stembert tournait une page de son histoire. Notre prêtre, Joseph Bodeson, appelé à d’autres tâches, quittait le village. « LU novê LEÛP » perdait un précieux collaborateur et notre entité stembertoise voyait s’en aller un de ses fervents défenseurs. Le journal restait toutefois entre de bonnes mains, à la grande satisfaction de notre ancien abbé qui avait tout mis en œuvre pour cela. Et ce qui avait été semé durant ces trois dernières années allait inévitablement porter ses fruits. 

Journal 26

En 1996, « LU novê LEÛP » agrémentait sa Foire du Livre d’Occasion par une grande tombola gagnante pour tous avec jusqu’à 200 lots par foire. Malgré le succès rencontré chaque année, l’idée fut abandonnée dès l’édition de 2009 car cela demandait beaucoup de travail, principalement dans la récolte des lots, de plus en plus difficile à obtenir. 

Le dimanche 23 mars 1997, « LU novê LEÛP », sous l’égide de la présidente Madame Mailleux – Palem, organisait une marche blanche dans les rues de notre village. Plus de 1.500 personnes défilèrent silencieusement, du Grand-Vivier à l’école des Linaigrettes, par un temps grisâtre, frais et pluvieux. On n’avait plus connu une telle ferveur populaire depuis bien longtemps. 

Journal 27

En 1997, le jour de la Foire du Livre, un concours de mots croisés était organisé à l’étage de Chanteloup, réunissant les meilleurs cruciverbistes mensuels pour une joute se voulant tout d’abord amicale. Le vainqueur était récompensé et il fallait avoir rentré un minimum de six mots croisés durant l’année écoulée pour pouvoir y participer. L’idée fit son chemin pendant quelques années avant d’être abandonnée vers 2004 – 2005. 

Journal 28

En mars 1999, la mise en page du mensuel « LU novê LEÛP » était entièrement prise en charge et réalisée par les bénévoles de notre journal via un ordinateur personnel, ce qui avait pour but de diminuer les frais liés à la réalisation de notre revue stembertoise, jusque-là prise en main d’une manière très efficace et depuis quelques années par « l’Imprimerie Brochard et Jalhaytoise » sise rue de Mangombroux à l’époque. C’était le début d’une ère nouvelle puisque jusqu’à la fin de notre mensuel, de toutes les nombreuses tâches pour publier notre « novê LEÛP », seule l’impression des mensuels ne nous imputait pas. Nous passions depuis plus de dix ans par « MultiPrint » à Ensival dont nous étions enchantés par le travail et la qualité de celui-ci. 

Journal 29

Le 17 juillet 1999, durant la kermesse stembertoise, « LU novê LEÛP » fut élu « Stembertois de l’année » en récompense de vingt-cinq ans de bons et loyaux services auprès de la population du village. C’est à l’occasion du bal organisé par l’Amicale des Fêtes de Stembert que la présidente, Madame Mailleux – Palem, fut invitée à endosser la toge rouge et blanche. Comme à son habitude, il fallait tout d’abord deviner qui serait le « Stembert de l’année » grâce à une série d’indices donnés.

Journal 30

En novembre 1999, pour fêter son vingt-cinquième anniversaire, deux jeunes gens s’étaient lancés dans un pari un peu fou, celui de réaliser un documentaire sur Stembert. Le projet, né en février 1998 voyait son aboutissement, à Chanteloup, le dimanche 14 novembre 1999 avec une projection ouverte à toutes les associations villageoises et de nombreux Stembertois remplirent la salle. On y évoquait un bref survol historique du village en insistant pleinement sur la richesse et la variété du monde associatif local.

UNE CASSETTE VHS

Anniversaire lnl 1999 04

 

UN LIVRE

Anniversaire lnl 1999 02

En juin 2001, « LU novê LEÛP » innovait une fois encore en franchissant une étape supplémentaire dans son histoire avec la première édition couleur d’un journal (avec plus d’une couleur comme ce fut le cas pour les 1er et 5ème anniversaires seulement avec du bleu pour le premier et du rouge pour le cinquième). C’était à l’occasion de la venue de nos amis mottois (Drôme - France - site internet ici), le village de Stembert étant jumelé avec la bourgade française de La Motte Chalancon dans la Drôme. Les pages extérieures (1, 2, 15 et 16) se trouvaient colorisées, les douze autres pages restaient, quant à elles, en noir et blanc.

LA UNE

Journal 31

PAGE 2

Journal 32

PAGE 15

Journal 33

PAGE 16

Journal 34

En novembre 2002, à l’occasion de la deuxième édition des « Francs Jeux » relancés en l’an 2000, ce furent cette fois les pages intérieures centrales (9, 10, 11 et 12) qui se trouvèrent colorisées, les autres restants en noir et blanc. 

Le 21 juin 2003, « LU novê LEÛP », en collaboration avec la Ville de Verviers et le « Comité des Fêtes et du Jumelage de Stembert » (aujourd’hui scindé en deux associations bien distinctes), participait à la remise en état d’une ancienne fontaine aux Surdents à l’occasion du centenaire de celle-ci. Elle était ainsi officiellement ré-inaugurée un siècle après avoir été mise en service comme fontaine amenant l’eau potable à ce hameau stembertois. 

Journal 36

Journal 35

Durant le second semestre de cette même année 2003, l’A.S.B.L. « LU novê LEÛP » connut une période relativement floue, générée principalement par les nouvelles règlementations concernant les asso-ciations sans but lucratif. Tous ces événements nous conduisirent finalement à un bouleversement fondamental tant dans nos habitudes que dans notre mode de fonctionnement.

C’est ainsi qu’en janvier 2004, une toute nouvelle équipe de rédaction se remettait au travail. Cette équipe s’attacha à la relance du journal, à la mise en conformité de notre A.S.B.L. par rapport à la nouvelle règlementation entrée en vigueur mais aussi à l’organisation d’un week-end pour célébrer notre 30ème anniversaire d’existence. Ainsi, les samedi 30 et dimanche 31 octobre 2004, Chanteloup était ouvert le temps d’une grande exposition sur Stembert, ses environs et ses associations, organisée par notre mensuel « LU novê LEÛP ». 

Journal 37

A cette occasion, les deux jeunes gens à l’origine du documentaire réalisé en 1999 avaient repris du service pour mettre sur pied un deuxième film sur l’entité stembertoise mais, cette fois, plus particulièrement axé sur la géographie locale et sur une promenade itinérante à travers le village de Stembert.

REEDITION EN DVD

Anniversaire lnl 1999 04

DEUXIEME DOCUMENTAIRE

Anniversaire lnl 2004 01

En novembre 2005, lors de la troisième édition des « Francs Jeux », les pages extérieures (1, 2, 15 et 16) furent publiées en couleur, laissant les autres pages en noir et blanc. 

LA UNE

Journal 38

PAGE 2

Journal 39

PAGE 15

Journal 40

PAGE 16

Journal 41

En juin 2007 à l’occasion du 35ème anniversaire du jumelage entre La Motte Chalancon et Stembert, les pages extérieures (1, 2, 15 et 16) parurent colorisées, toujours en laissant les autres pages en noir et blanc. 

En juin 2008, à la suite de problèmes de santé de deux de ses cinq principaux membres dont l’indispensable Rédacteur en Chef, le Conseil d’Administration se retrouva face à un grand problème, celui d’assurer une relève efficace en six mois de temps afin que notre mensuel puisse continuer de paraître. Ce ne fut pas simple mais la détermination sans faille du Conseil d’Administration permit la continuité de nos activités avec le renouvellement et le rajeunissement des membres de notre A.S.B.L. 

Journal 42

 

Journal 43

En novembre 2008, à l’occasion de la quatrième édition des « Francs Jeux », les pages extérieures (1, 2, 15 et 16) étaient une fois encore publiées en couleur, à nouveau en laissant les autres pages en noir et blanc. 

Fin novembre 2008, une des premières décisions fut la création d’une adresse e-mail pour l’envoi des textes, articles, photos et documents : lunoveleup@hotmail.com. Jusqu’alors, toute la correspondance s’assurait sous format papier et par courrier. C’était le premier pas vers la modernisation et le passage obligé vers le numérique pour notre association de presse. 

En décembre 2008, le Conseil d’Administration restreint vota le remaniement du Conseil d’Administration et surtout la création d’un Comité de Rédaction chargé de superviser la mise en page et le contenu du journal ainsi que de répartir le travail des reportages entre les membres actifs. 

Après une fin d’année 2008 et le début de 2009 mouvementés pour notre équipe, ce ne fut que dans le courant du mois de mars 2009, après avoir finalement frôlé de peu l’arrêt de nos activités, qu’une équipe solide, fiable et constante dans son travail fut définitivement mise sur pied. La relance était assurée, notre objectif, de loin le plus complexe, était finalement atteint et le mensuel pouvait continuer de paraître. 

En avril 2009, notre « novê LEÛP » était reparti pour de bon, les soucis semblaient loin derrière, au grand plaisir des membres de notre A.S.B.L.

Le 17 octobre 2009, nous fêtions notre 35ème anniversaire dans les locaux de Chanteloup par une soirée et une longue rétrospective de notre histoire autour d’un verre et d’un buffet mémorable. Un concours avait aussi été organisé et les lauréats furent félicités lors de cette cérémonie. Ils y reçurent leurs prix, des paniers garnis bien remplis ! Quatre séries de dix questions dont les thèmes étaient Stembert, les Stembertois et le mensuel « LU novê LEÛP » furent posées durant quatre mois consécutifs : avril, mai, juin et août 2009. 

En novembre 2009, pour célébrer le jubilé avec tous les lecteurs, et pour la première fois dans l’histoire du mensuel, un journal entièrement en couleur était publié. Un « vingt pages » grâce à l’abondante actualité pour célébrer l’événement et le partager avec nos fidèles et plus occasionnels lectrices et lecteurs. Aucune des pages ne resta en noir et blanc.

Journal 44

Depuis le mois de janvier 2010, les pages extérieures du mensuel (les deux premières et les deux dernières) sont en couleurs à chaque parution, tout au long de l’année. Cela offre un véritable plus pour notre journal local stembertois qui opte désormais pour une présentation quasiment « professionnelle » pour notre équipe de bénévoles. Les pages intérieures restent, elles, toujours en noir et blanc. Ce passage à la couleur nous a permis une meilleure visibilité et, conséquemment, une recrudescence du nombre de nos abonnés et des ventes en librairie.

Pourtant, en avril 2010, une nouvelle tuile de taille tomba pour notre équipe : notre rédacteur en chef de l’époque, pour des raisons de santé, choisissait de prendre sa « retraite », nous assurant les parutions jusqu’à la fin de l’année 2010. Il fallait à nouveau se réorganiser, rencontrer des personnes et recruter un bénévole qui accepterait de remplir les fonctions. Après pas mal de contacts et quelques vaines tribulations au vu des tâches à effectuer, finalement, ce fut Jacques Drosson qui reprit les rênes dès décembre 2010 pour préparer le mensuel de janvier 2011. Cela permettait au mensuel de poursuivre sa route, à nouveau sans interruption de parution.

Journal 45

Page-accueil---07.jpg

Journal 46

En septembre 2011, le mensuel stembertois « LU novê LEÛP » concevait et élaborait son propre site Internet dédié, bien entendu, en premier lieu au journal local mais également et bien plus largement à l’ancienne entité de Stembert : l’Histoire locale, la paroisse, l’ancienne commune, les associations actuelles et disparues, l’industrialisation et le commerce, le folklore,... A découvrir sans modération sur : www.lunoveleup.e-monsite.com. De nombreuses informations s’y retrouvent à propos de Stembert et le site continue d’être alimenté avec, plus ou moins régulièrement, de nouvelles indications et sujets. En bref, il s’agit d’un beau guide pour découvrir ou redécouvrir la localité, voire même d’une formidable source de renseignements d’après les visiteurs, nombreux, qui ont déjà franchi le pas de venir y jeter un œil. 

En juillet 2012, un mensuel « LU novê LEÛP » spécial de vingt pages était imprimé. Là aussi, il s’agissait d’une première pour notre journal stembertois. Un seul sujet y était développé, accompagné de photos et schémas : la chapelle de la Chantoire et la grotte des Sottais aux Surdents. Un petit plus offert à nos abonnés et lecteurs durant l’été 2012. 

Journal 47

Journal 48

Au mois d’août 2014, le mensuel se trouvait tellement rempli que l’équipe rédactionnelle publia un « 24 pages », encore une innovation. En plus de l’actualité abondante de juin et juillet (ce dernier étant notre mois de repos) à laquelle s’ajoutait le centenaire de la Première Guerre Mondiale, notre « novê LEÛP » dédiait sa première page à son 40ème anniversaire. 

Journal 49

Le 18 octobre 2014, nous étions heureux de célébrer notre 40ème anniversaire d’existence autour d’un projet de longue haleine : un troisième documentaire réalisé par nos propres soins sur le village de Stembert. Pour ce troisième volet, l’accent était clairement mis sur le côté historique de la localité et de son évolution à travers les âges, depuis la première mention du nom en l’an 855 jusqu’à nos jours. Un projet mené de bout en bout par notre équipe qui peut être fière de ce qu’elle a accompli durant deux années, d’août 2012 à août 2014 pour la préparation, la mise en œuvre et la finalisation du projet. Durant ce laps de temps, il s’agissait de mener de front la sortie mensuelle du journal, de développer et actualiser le site Internet tout en établissant les plans de la réalisation d’un documentaire. C’est grâce à un esprit d’équipe véritable et sincère que tout cela a pu se faire. La projection, précédée d’une courte partie académique, fut suivie par une réception bien de circonstance avec le verre de l’Amitié et un sandwich-bar bien garni.

Mais la problématique du bénévolat se posa de plus en plus sérieusement avec la seconde moitié de l’année 2014. Les forces vives, plus particulièrement les journalistes pour assurer la réalisation de reportages sur le terrain, manquaient cruellement à notre équipe de rédaction. Le mensuel, dès le début de l’année 2015, semblait en ballotage par manque de moyens humains dans la confection des articles et textes d’actualité.

Ensuite, le 24 mars 2015, la disparition soudaine du président en fonction, Monsieur Henri Drosson, assomma presque définitivement l’équipe en place. Un homme de l’ombre qui prenait part à beaucoup de « petites tâches » laissait un immense vide derrière lui. Et conséquemment, il fallait lui succéder pour pallier correctement au travail fourni et pouvoir poursuivre de présenter un journal propre et évoquant Stembert en priorité.

Durant l’été et le début de l’automne 2015, plusieurs réunions du Conseil d’Administration eurent lieu dans le but d’analyser la situation et d’évaluer la gravité de celle-ci. Avec une équipe rédactionnelle amoindrie, trop peu d’engouement pour l’engagement à se rendre sur le terrain pour y effectuer les reportages d’actualité et le manque d’investissement de la part de personnes extérieures au Comité de Rédaction pour étoffer et renforcer l’équipe journalistique, la moins mauvaise solution apparu comme l’arrêt de nos activités et la fin de la publication d’un journal au format papier dans notre localité. Malgré nos incessants appels qui paraissaient chaque mois dans notre « novê LEÛP ».

C’est ainsi que dans notre édition n° 455 d’octobre 2015, nous avons annoncé que nous terminions l’année en cours et que nous ne poursuivrions pas au-delà de décembre 2015 dans une nouvelle année de parution. Le périodique stembertois qui avait acquis une belle réputation, une solide renommée et qui était devenu une véritable institution dans le village de Stembert disparaissait, faute de combattants pour assurer le pourquoi de notre présence : couvrir l’actualité stembertoise, très riche en événements de tous genres, qui constituait notre fonds de commerce. Il était devenu évident que de ne plus être apte à évoquer en premier lieu ce qui se déroulait à Stembert posait un problème. Publier mensuellement un journal qui parlerait plus d’autres sujets que de ce qui se fait à Stembert, alors que l’actualité était bien présente et abondante, ce n’était pas solution, même momentanée.

Depuis 1974, « LU novê LEÛP », racontait l’histoire de notre patelin, annonçait les manifestations et relatait les activités qui s’y déroulaient. Stembert devrait rester une entité bien vivante du grand Verviers ! Réalisé par et pour les Stembertois, nos colonnes présentaient un nombre varié d’articles sur l’actualité villageoise mais portaient également sur bien d’autres sujets avec des rubriques « fixes » et d’autres plus occasionnelles. Nous possédions une rubrique consacrée à l’état civil local, possible grâce à la bienveillance du service de la population de la Ville de Verviers, et un coin détente avec des mots-croisés créés par notre propre verbicruciste. Les associations et les établissements scolaires du terroir qui le souhaitaient pouvaient faire gratuitement la publicité de leurs animations. 

Durant toutes ces années, pour l'anecdote, sachez que : nous avons changé à quatorze reprises notre en-tête du journal soit une moyenne d’un changement tous les 2,96 ans ; qu'à ce jour, plus de neuf mille pages et probablement plusieurs milliers de photos et d’illustrations ont été diffusées et que des dizaines de bénévoles se sont succédés à la réalisation et à la distribution du mensuel. 

Durant ces dernières années, nous avions su bien négocier notre virage vers le numérique et les technologies récentes pour notre équipe, pas vraiment habituée à cela. Mais le vent nouveau qui soufflait nous permettait aujourd’hui d’être au mieux tant par notre mensuel que par notre site Internet qui offre une pléiade de renseignements sur notre ancienne commune stembertoise. Une actualisation pressée par l’époque que nous vivons et qui a largement porté ses fruits au-delà de nos espérances les plus optimistes. Un pari réussi et un mensuel stembertois qui fut bien vivant et en pleine forme ! Seul le manque de candidat au journalisme bénévole nous aura obligés à nous retirer de la scène associative locale.

 

 

 

 

 

 

LU novê LEÛP asbl©2011 - 2018