La tige aînée

A ce stade, il est relativement important de différencier les deux « tiges » de la famille. Et nous commencerons d’abord par la tige aînée menée par Thomas III de Stembert.

Thomas III de Stembert, le fils aîné de Thomas « le Grand » de Stembert est lui aussi nommé « Thomesin de Stembert » ou « le Maire ». Thomas III de Stembert ne vivait plus en juin 1462. Il a eu sept enfants de deux mariages : quatre fils nés d’un premier lit ainsi qu’un fils et deux filles d’une seconde union. Ci-dessous, par numérotations et sous-numérotation, nous évoquons sa descendance :

1.

Toussaint de Stembert, son premier fils, est né vers 1414. En 1457-58, il épousa une jeune veuve, Jehenne N. qui avait perdu son mari Jakechon Parot d’Andrimont. Toussaint de Stembert s’installa dans la demeure de ce dernier et fut désigné comme Toussaint d’Andrimont dès 1458. Il garda ce surnom jusqu’en 1474. Cette année-là, il reprit à Jehan Lambier la grande cour de Sécheval et fut alors connu sous le nom de Toussaint del Cour, patronyme qu’il légua à sa descendance. Il est ainsi l’auteur de la première branche issue des « de Stembert » : la famille « del Cour ». Il fut échevin de la cour de Verviers depuis au moins le 9 juillet 1470. Il mourut entre le 1er juin 1507 et le 21 janvier 1508. Toussaint del Cour est le premier degré de la lignée « del Cour » dont le blason fut celui représenté ci-dessous.

Famille del cour 01

2.

 

 

 

Pierre de Stembert, le deuxième fils de Thomas III de Stembert, dit « le Drapier » ou « le Damoiseau » est cité dès octobre 1439. Drapier à Verviers, il posséda une foulerie exploitée en 1493 par Simon de Pont et Collet Willeaume. Il est mentionné qu’il résidait à Stavelot en 1479, 1481 et 1486. Il est encore cité dans les plaids généraux de l’Epiphanie en 1493. Le relief de ses biens par ses héritiers eut lieu vers 1508. On lui connaît deux enfants : Pirard de Stavelot et Genon le Damoiseau.

3.

Thomas IV de Stembert, troisième enfant de Thomas III de Stembert, né après 1414, est l’auteur de la deuxième branche de la famille, dite « Hauzeur » et « Nockin ». En 1464, il est marié à Jehenne le Fèvre, de Verviers. Au moins à partir du 19 janvier 1474, Thomas IV de Stembert est désigné sous le nom de Thomas Ier de Hauzeur, hameau du ban de Charneux où il semble s’être installé. Après son veuvage en août 1498, il avait acquis une cour à Stembert, alors occupée par son fils, Jean de Herve. Il était cohéritier du moulin de Stembert. Il est le premier degré d’une généalogie des « Hauzeur », dressée par le hérault d’armes « Le Fort », dans laquelle son appartenance à la famille « de Stembert » est ignorée. Il est décédé entre Pâques 1505 et le 25 juin 1506. Thomas Ier de Hauzeur eut cinq fils :

3.1 Thomas II de Hauzeur dit « d’Ensival », auteur du second rameau de la branche dite « Nockin » et « Lacaille » et que nous verrons plus en détail ci-dessous, après le blason de la famille « Hauzeur ».
3.2 Hanlet de Hauzeur, mentionné en 1513, vivait encore le 2 décembre 1551 et eut au moins six enfants :
  3.2.1 Massin Hanlet de Hauzeur dont on lui connait trois enfants : Jean fils de Thomas Hanlet de Hauzeur, N. de Hauzeur et Anne de Hauzeur.
  3.2.2 N. de Hauzeur.
  3.2.3 Gillet Hanlet de Hauzeur.
  3.2.4 Ernot Halet de Hauzeur.
  3.2.5 Jehan Hanlet de Hauzeur dit « de Sorozé » (cinq enfants) : Jacquemin de Sorozé, Jehan de Sorozé, Thomas de Sorozé, Gillet de Sorozé et Mahea de Sorozé.
  3.2.6 Bertholet, fils de Haulen de Hauzeur, cousin de Massin de Hauzeur, collatéral impossible à identifier.
3.3 Henri de Hauzeur.
3.4 Laurent de Hauzeur dit « de Hodimont » qui eut deux enfants : Jean Laurent de Hodimont et Marie de Hodimont.
3.5 Jean de Hauzeur dit « de Herve », né vers 1470, a eu quatre enfants :
  3.5.1 Toussaint de Herve qui eut un fils : Thomas Toussaint de Hauzeur.
  3.5.2 Mathieu de Herve qui laissa une veuve avec deux enfants : Jean de Herve et Mathieu de Herve.
  3.5.3 Lambert de Herve, surnommé Lambert Burtey.
  3.5.4 Catherine de Herve.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Famille hauzeur 01

Thomas II de Hauzeur dit aussi d’Ensival (cité en 3.1 ci-avant), l’aîné, mourut après le 13 octobre 1554 et eut, pour sa part, onze enfants :

1 Thomas III de Hauzeur, né vers 1515 et décédé début septembre 1598, eut cinq enfants : Remacle de Hauzeur, Thomas de Hauzeur, Idelette de Hauzeur, Marie de Hauzeur et Mentelette de Hauzeur.
2 Pirar de Hauzeur, ne vivait plus le 6 mai 1566.
3 Piettre Thomas d’Ensival que nous évoquerons ci-après comme auteur du second rameau.
4 Henry Thomas d’Ensival, cité depuis le 9 avril 1554, vit encore le 11 août 1575. Nous perdons ensuite sa trace.
5 Marie de Hauzeur, mariée par convenance, mourut prématurément avec son époux et sans enfants.
6 Jean de Hauzeur, cité en 1527 et 1531 uniquement.
7 Linard de Hauzeur, cité uniquement en 1575.
8 Menton de Hauzeur (dame) avait deux enfants.
9 Jehenne de Hauzeur, avait quatre enfants.
10 Marie de Hauzeur, mariée en seconde noces à Thomas de Saint-Germain, veuf avec au moins quatre enfants.
11 Marguerite de Hauzeur, mariée à Jean de Fraipont, a eu une descendance à Ensival, sous le nom de Boede.

Nous nous intéresserons plus particulièrement au troisième, Piettre Thomas de Hauzeur, demeurant à Ensival. Il était surnommé « Nokin » et encore connu sous le patronyme de Nockin Thomas d’Ensivaulx. « Nockin » serait un dérivé de « nouk » qui signifie « nœud » et qui visait à désigner une personne de petite taille. Il a eu huit enfants : Thomas Nockin, Bastin Nockin, Mathieu Nockin, Servais Nockin, Jean Nockin (voir la rubrique « A propos de la famille Nockin »), Marie Nockin, N. Nockin et N. Nockin. L’aîné, Thomas Piettre Nockin est dit « Lacaille » et il est à l’origine de la première ramification de la famille « Nockin ».

Famille nockin 01

Il est juste de signaler que les « Nockin » portèrent l’emblème de leur métier de brasseur. Ce qui nous ramène à l’étoile du blason de la famille « de Stembert ».

4.

Colin de Stembert, quatrième fils de Thomas III de Stembert, mineur (âgé de moins de vingt-cinq ans à l’époque) en 1439 et 1441, n’est plus cité ultérieurement.

5.

Henry Thomas de Stembert, le cinquième enfant de Thomas III de Stembert, cité depuis le 8 mars 1468, est l’auteur de la troisième branche de la famille dite « Hubin ». Marié, il eut quatre fils :

5.1 Thomas Henry Thomas de Stembert dont on perd la trace après 1533.
5.2 Hubin Henry Thomas de Stembert épousa Cathelinette Beguineau, née vers 1477. Il mourut entre le 16 avril 1548 et le 14 janvier 1557.
5.3 Henrion Henry Thomas de Stembert est l’auteur du premier rameau de cette troisième branche de la famille. Installé à Lambermont le 18 mai 1555, sa descendance sera les « Henrion de Lambermont ».
5.4 Jean Henry Thomas de Stembert, auteur du second rameau de cette troisième branche de la famille. Il est cité à partir des plaids de 1515. Il eut un fils : Remacle Jean Hubin de Stembert dont la descendance sera à l’origine de la première ramification dite « Hubin », « Remacle » puis « de Stembert ». Nous évoquerons celle-ci plus loin dans la rubrique « le rôle des Hubin de Stembert ».

 

Famille hubin 01

6.

Marguerite de Stembert, sixième enfant de Thomas III de Stembert et première fille, épousa Johan Mon Cousin, habitant Stembert, avec lequel elle eut cinq enfants. Elle mourut avant le 15 juin 1514.

7.

Jehenne de Stembert, septième et dernier enfant de Thomas III de Stembert, épousa avant le 4 mai 1507, Bertrand de Stembert, probablement connu sous le nom de Bertrand Bara.

La tige aînée est à l’origine des principales et majeures ramifications de la famille « de Stembert » qui s’est scindée en de multiples branches qui, pour beaucoup d’entre elles, connurent également diverses subdivisions et rameaux.

C’est grâce à cette tige aînée que le patronyme « de Stembert » a perduré, via les « Hubin de Stembert » dont Remacle Jean Hubin de Stembert, le fils de Jean Henry Thomas de Stembert (cité au point 5.4 ci-dessus) permit d’assurer la descendance après avoir repris le nom originel de la famille, après que les « de Stembert » se soient éteints (voir la rubrique « le rôle des Hubin de Stembert »). Un évident retour au patronyme modifié !

 

 

 

 

 

 

LU novê LEÛP asbl©2011 - 2018