La 10ème Unité Scoute des Hautes Fagnes

Il existait au sein de l’unité Saint Michel 3ème Verviers, une patrouille composée en grande partie d'élèves de l'Athénée Royal. Comme elle tenait ses réunions à l’Institut des Frères (l’actuel Institut Saint Michel), il se posa un problème de cohabitation, ce qui amena cette patrouille, sous la conduite de son assistant Roger Stévens, à quitter l’Institut et à s’établir à l’école Sainte Anne pour une courte durée.

A l’examen des membres de cette patrouille, on s’aperçut qu’un grand nombre d’entre eux étaient stembertois. Il n’en fallait pas plus pour que Roger Stévens transporte tout son monde à Stembert où, patronné par la 3ème unité, il formait le groupe qui devait devenir la 10ème Unité. Au mois de juin 1944, un camp, d’une durée de 4 ou 5 jours et tenu en secret à cause de l’occupation allemande, fut organisé à Parfonbois.

 

En 1945, à cause d’une épidémie, aucun camp ne se tint. Seuls quelques membres participèrent encore en secret à un camp à Val Dieu. 

En 1946, l’Unité ne comportait qu’une troupe de Scouts dont les réunions se tenaient au rez-de-chaussée du Cercle Pro Familia et les réunions de patrouilles chez l’aumônier Hendrick, dans l’ancienne Maison des Sœurs. Le « clan », créé par Nicolas Bodart en 1947 fut hébergé pendant un certain temps dans les caves du domicile de Raymond Mockel, rue du Panorama. 

L’arrivée de la meute, dont la première cheftaine fut Marie Thérèse Pirard, posa le problème d’un local propre à l’Unité. Un premier essai fut fait par Georges Heneffe qui tenta d’installer 5 huttes « coins de patrouille » dans une prairie du quartier du Panorama. Elles n’étaient pas sous toit que la police en imposa la démolition. Elles finirent comme abri pour vaches dans une prairie de Hèvremont. 

En conseil d’Unité germa le rêve de construire un local en dur. Trois questions se posaient : le lieu, le plan de construction et les finances. 

Le choix se porta sur le terrain situé le long du cinéma Pro Familia. Mais il fallait obtenir de Madame Grady, propriétaire des terrains en amont du cercle, une bande de 5 mètres de terrain pour permettre le passage aux prairies derrière le Cercle. Ce fut obtenu par l’Association Paroissiale. 

Le plan fut dressé par l’architecte Henri Delhasse fils qui faisait partie de la 3ème unité. Le coût de la construction fut estimé à 300.000 francs belges. L’Unité puisa dans toutes ses ressources pour y parvenir : fêtes d’Unité, vente de briques, collectes de vieux papiers et dons divers. L’aumônier Crosset (vicaire de Stembert de 1950 à 1956) arrivait à point pour dynamiser l’équipe et pour mettre la main à la pâte. 

Le gros œuvre des travaux fut réalisé par un maçon, Monsieur Compère de Pepinster. Les manœuvres, terrassiers et hommes à tout faire furent les Routiers, les Scouts et même les Louveteaux. Les travaux commencèrent en septembre 1956 et se déroulaient le soir entre 19h et 22 h, ainsi que le samedi. 

Après deux ans de travail, la caisse était vide mais l’Unité n’avait ni dette, ni… toit ! Le rez-de-chaussée était utilisable et les mois passaient. Le conseil d’Unité décida d’inaugurer le local. 

L’aumônier Crosset œuvrait efficacement pour aider les Scouts, notamment en ramassant les fers et vieux papiers au profit du local. Un don de Monsieur Servais Dauvister tomba juste à point pour finir le gros œuvre et l’inauguration eut lieu à la date prévue. 

Ce fut durant l’hiver 1987-88 que les locaux durent subir un rafraîchissement. Le toit fut refait un peu plus tard, compte tenu de la situation atmosphérique et des intempéries de la saison froide. 

En 1988, l’Unité fêtait ses 40 ans… un peu en retard… mais avec une grande volonté. 

Aujourd’hui, dans des locaux récemment rafraîchis, la 10ème Unité Scoute des Hautes Fagnes se réunit chaque samedi après-midi.

 

Depuis 2002, la troupe de scouts de Stembert organise conjointement avec plusieurs autres troupes régionales une course de trotinettes nommée "Trottiloup" qui avait lieu en 2011 au barrage de La Gileppe.

 

 

 

 

LU novê LEÛP asbl©depuis 2011