La Fête du Coucou

La plus étrange des festivités locales était la fête du coucou. Elle fut délaissée en 1789 mais une dernière édition eut lieu en 1805. 

Cette fête consistait à jeter un homme dans le grand Vivier. Dès le matin, la fête commençait dans le village et toute la Jeunesse y prenait part. L’après-midi, après les vêpres, paraissait une charrette sur laquelle se tenait un homme affublé d’un sac. A ses côtés se trouvaient le dernier marié de l’année ainsi que quelques jeunes hommes décorés. 

La charrette était alors conduite près d’une rampe donnant accès au Grand Vivier. Cette rampe permettait à la charrette de glisser jusqu’à l’eau dans laquelle le pauvre coucou y était alors expédié sans aucune autre forme de procès. Par trois fois, on le rejetait à l’eau. La farce était alors jouée. 

La jeunesse retournait ensuite continuer ses danses dans la maison qui lui servait de lieu de rassemblement. 

Apparemment, cette « fête du coucou » aurait eu lieu pour la première fois à Polleur. 

Lors des Francs Jeux, le jeté d’un homme dans le Grand Vivier clôturait les trois jours de fêtes.

 

 

LU novê LEÛP asbl©2011 - 2018