Les anciens Pensionnats et Colonies

Il a existé plusieurs pensionnats, appelés également « colonies », à Stembert. Le plus ancien d’entre eux date de bien avant la première guerre mondiale, voire même sans doute de la fin du XIXème siècle. Le bâtiment, toujours existant, est situé dans la rue Calamine. Cette colonie pourrait bien avoir été mixte d’après les quelques rares photos qui ont résisté au temps, et d’après les visages d’enfants que l’on y voit. Cependant, ceci n’est qu’une supposition et il aurait été étonnant qu’à l’époque, filles et garçons aient été abrités ensemble sous le même toit. Malheureusement, peu de renseignements ont pu nous être fournis et l’histoire de cette construction nous semble assez vague. Seules quelques photos nous renseignent de son existence. La colonie disparut après la guerre de 1914-1918, probablement dans le courant des années 1920.

Ce fut alors vers cette même époque que deux autres bâtiments furent aménagés pour servir de pensionnat. La « colonie des filles » se situait dans la rue de l’Eglise, dans la bâtisse dans laquelle se trouvait la fleuriste « Aux Bouquets de Stembert », juste avant les ateliers de la Vitrerie Heeren. Durant de longues années, elle fut tenue par un couple et elle comptait environ une quinzaine d’enfants qui ne quittaient cet établissement qu’à leur majorité ou lors d’un éventuel mariage. Elle ferma ses portes dans le début des années septante, vers 1972-1973.

Colonnie-01.jpg

La « colonie de garçons » siégeait rue de la Chapelle (devenue rue Antoine De Berghes). Elle accueillait également une quinzaine d’enfants qui ne quittaient l’établissement que lors de leur majorité ou par un éventuel mariage. Elle doit dater de la même époque que le pensionnat des filles et ses activités prirent également fin dans les années septante, vers 1972-1973.

LU novê LEÛP asbl©2011 - 2018