L'Histoire des Surdents

L’Histoire des Surdents est très étroitement liée à celle de Stembert, bien que ce coin reculé ait toujours connu sa propre « vie associative ». Eloignés du centre du village stembertois, les habitants y ont développé une vie familiale, une vie de village dans le village ! Et encore aujourd’hui, même si elles se font plus rares, les animations rassemblent les Surdentois à la salle des fêtes, à l’église ou lors d’activités extérieures. Le hameau reste bien vivant, principalement dans sa population plus âgée. Comme partout, la jeunesse déserte quelque peu le contact avec la terre sur laquelle elle réside.

Les Surdentois se rendaient à Stembert, et inversement, lors des fêtes et kermesses avec comme point de passage obligé la fameuse « Pavée du Diable » qu’il valait mieux ne pas emprunter avec un verre dans le nez ! Un chemin étroit avec un pourcentage d’une grimpette digne d’un col de montagne qui s’étire sur 350 à 400 mètres. C’était, avant la construction de la nouvelle percée pour relier le zoning de Stembert à la route de Dolhain dans les années 1970-1980, la seule voie praticable entre Stembert et le hameau des Surdents. Avec le développement et la modernisation des réseaux de transport et des routes, l’éloignement fut rendu plus accessible aux villageois des Surdents et de Stembert pour se rendre visite les uns aux autres.

Nous savons qu’en 1929, Monsieur Jean Visé fut décoré par le Roi Albert Ier après soixante-six années de service au sein de la même entreprise, celle d’Iwan Simonis.

Cyclisme 00 albert 1 remet medialle a jean vise 1929

D’un point de vue proprement historique, nous savons aussi qu’en 1930, Les Surdents ont fêtés, comme beaucoup d’entités à l’époque, le centenaire de l’Indépendance de la Belgique avec un cortège et le Char du centenaire de l’indépendance.

Nous connaissons également cette tragique histoire qui se déroula le 15 juin 1933 lorsqu’un terrible accident de tram se déroula au Surdents. Le terminus se trouvait rue du Collège à Verviers, en face, à l’époque, du cinéma Pathé-Nouveauté. Le tram qui venait de Dolhain devait attendre aux Surdents celui qui venait de Verviers (il n’y avait qu’une unique voie de croisement). On ne sait pourquoi le tram venant de Verviers avait tant de retard mais le conducteur de celui qui attendait aux Surdents s’impatienta et démarra, tranquillement d’abord puis prenant de la vitesse. Il rencontra celui qui venait en sens inverse, qui arrivait, lui aussi, à vive allure. Le choc fut terrible et le tram, à l’époque tiré par des chevaux, se renversa. On dénombra sept morts dans cette tragédie locale qui marqua les esprits.

Tram 01 accident 15 juin 1933 15h30 7 morts

Tram 02 accident 15 juin 1933 15h30 7 morts

Il nous est aussi rapporté que le 10 mai 1940, en tout début de la seconde guerre mondiale, le hameau subit un bombardement depuis le fort de Tancrémont et que de nombreuses destructions ravagèrent l’entité le long de la route principale du hameau. Cinq à six maisons furent détruites, tout comme le pont n°17. Mais celui-ci fut rapidement reconstruit par les Allemands qui en avaient besoin pour acheminer matériel et vivres à leurs troupes envahissantes.

Tir fort de tancremont 10 mai 1940 03

Tir fort de tancremont 10 mai 1940 06

Pont n17 surdents 01

Pont n17 surdents 06

Pont n17 surdents 10

Pont n17 surdents 13

A plusieurs reprises, des inondations eurent lieu lorsque la Vesdre sortait de son lit, surtout vers la fin de l’hiver avec la fonte des neiges, occasionnant des dégâts aux habitations et aux terrains jouxtant le bord de la rivière. Un jeune garçon fut également emporté par les flots déchainés. Les inondations cessèrent avec la construction du barrage d’Eupen.

Inondations 01

Inondations 03 pendant

Nous avons pu retracer quelques Noces d’Or célébrées aux Surdents : Madame et Monsieur Giovanelli en 1978, Madame et Monsieur Docquier – Arents en 1987, Madame et Monsieur Destate – Jousten en 1990, Madame et Monsieur Dumoulin – Lemaire en 2003 (Madame Alphonsine Dumoulin est décédée le 18 janvier 2001 et Monsieur Marcel Lemaire est décédé le 26 juin 2012).

Dès la fin de l’année 1984, la nouvelle route reliant Stembert aux Surdents (la rue de la Papeterie) était inaugurée. D’une longueur de 1.840 mètres et d’une largeur de 14,50 mètres, elle coûta la bagatelle de 34 millions de francs belges (soit 347.050,93 €). Elle nécessita l’expropriation de 7 ha et 10 ares ; 64.000 mètres cubes de déblais et 55.000 mètres cubes de remblais furent nécessaires à son exécution.

Enfin, la construction du rond-point « Jean Mobers », remplaçant le dangereux carrefour situé au bas de la rue de la Papeterie et de la rue Surdents, avec la rue provenant de Dolhain-Limbourg date de 2004. L’inauguration se fit en présence de Monsieur Jean-Marie Reinertz, bourgmestre de Limbourg et instigateur des travaux, Monsieur Claude Desama, bourgmestre de Verviers et Monsieur Michel Daerden, vice-président du Gouvernement Wallon et Ministre de l’Equipement et des Travaux Publics. En présence de la veuve de Monsieur Jean Mobers qui fut longtemps échevin de la Ville de Limbourg.

Rond point maubers 01

 

 

 

 

 

 

LU novê LEÛP asbl©depuis 2011